Annecy-le-Vieux

Fermer Introduction

Fermer 1 : La terre et les hommes

Fermer 2 : De la préhistoire à la naissance d'Annecy-le-Vieux

Fermer 3 : La paroisse et ses édifices religieux

Fermer 4 : Un moyen-âge obscur et difficile

Fermer 5 : 17ème et 18ème siècle : une image qui se précise et se durcit

Fermer 6 : La Révolution et l'Empire (1792-1815)

Fermer 7 : La Restauration Sarde (1815-1860)

Fermer 8 : De l'Annexion à l'urbanistion

Fermer Annexe 1 : La vigne et le vin

Fermer Annexe 2 : La famille de Menthon de la Balme au château de la Cour

Fermer Autres annexes

Annexe 2 : La famille de Menthon de la Balme au château de la Cour - 4 : Dix-huitième et dix-neuvième siècles
En 1729, Joseph-Bernard de Menthon est âgé de douze ans. Il a pour tuteur Claude Mauris, notaire à Annecy, qui met aux enchères la ferme du château et le grangeage de Lachat. On a vu le mécanisme complexe de cette opération en cascade, qui met en jeu deux bourgeois d’Annecy et des fermiers sous-traitants venus de Villaz.
En 1730, lors de l’établissement du cadastre, les Menthon possèdent à Annecy-le-Vieux 358 journaux, soit environ 120 hectares. Le revenu de ces terres est estimé à 1850 livres. Ils possèdent, en outre, 300 hectares dans six autres paroisses.
Le comte et l’un de ses frères sont propriétaires du château, du « Mas du Château » et d’une partie du « Mas de la Cour ». L’ensemble des frères possède la « vieille église », qualifiée chapelle (hormis le clocher qui appartient à la paroisse) et le chemin pour s’y rendre depuis le château, à travers le « Mas d’Annecy-le-Vieux ».
Les autres biens sont propriété du comte à part entière. Ils sont répartis sur douze mas. L’essentiel de ces propriétés se trouve sur trois mas :
·         le mas d’Annecy-le-Vieux (11 hectares au sud du château dont un grand champ de 7 hectares),
·         le mas du Lachat, dont le comte possède la plus grande partie (10 hectares, une maison et un four)
·         le mas des Glaisins (64 hectares, une grange).
Cet ensemble comprend 46 hectares de bois (dont 32 de « bois sapin » et 14 de « bois taillis »), 34 hectares de prés, 30 hectares de champs et 3 hectares de vignes (situées à proximité du château). S’y ajoutent un « pré-marais » de 2 hectares aux Glaisins, quelques pâturages, teppes et broussailles.
En 1787, le rachat des droits féodaux dûs aux Menthon à Annecy-le-Vieux pour affranchissement s’élève à 2650 livres[1].
Joseph-Bernard meurt en 1789. Son fils Paul, né en 1774, émigre lors de la Révolution et meurt à Martigny, en Valais, en 1793.
La veuve de Joseph-Bernard, née Philippine Angot de Bonnière, va donc se trouver seule lors de la tourmente révolutionnaire. La cinquantaine passée, elle paraît dotée d’une forte personnalité. Restée au château, elle gère ses biens et défend ses droits avec ténacité. Comme les comtes de Menthon depuis 1677, elle tient son livre de raison dans lequel elle consigne avec soin ses transactions avec ses fermiers.
En voici quelques extraits (style et orthographe respectés) :
« Semalie a la cha de le sinmichele de 1793
Ison comansé le 10 septembre
par une coupe de froman
1 coupe de fromant
1 coupe de froman
2 coupe de saigle
1 coupe de froment
1 coupe de froment »
« Le 9 octobre isannon semé 11 coupe de froman
2 coupe de seigle ison semé antou
13 coupe de froman de (diseverte) septemb de 1794
……………….
A Jan Granchan
je lui anai donné 5 carte froman
pour le (ser) delétan ce promie d’avrille
de 1795 j’ai doné a gurselle une carte dorge
pour semé an chan chunde ce maime jour
j’ai doné à deux (seserteur) de l’étan chaquen
demi car faive et chaquien uncar d’orje et
une catre de por aglode un car de pesaite à Morise
agurselle un car tartifle … »
[2]
La « citoyenne Menthon » conteste avec succès le classement de ses propriétés comme « biens nationaux ». Quand un arrêté de l’an II menace d’arrestation les nobles, le conseil de la commune lui délivre un « certificat de civisme ». Mais elle reste sous surveillance : en l’an VIII, à la suite d’un vol d’armes à Annecy, le maire d’Annecy-le-Vieux vient perquisitionner au château ; elle peut faire la preuve que le fusil que l’on y découvre lui a été prêté par un horloger d’Annecy.
Il semble qu’une complicité tacite se soit établie, pendant la période révolutionnaire, entre les édiles d’Annecy-le-Vieux et l’héritière de la famille de Menthon, qui est aussi le contribuable le plus imposé de la commune.
Cependant, ses sentiments à l’égard de la Révolution ne paraissent faire aucun doute : le château de la Cour a servi de relais à des prêtres réfractaires. En 1797, l’un d’eux s’en échappe pour se réfugier chez Jean Chaboud, à Provins, où il se cache et échappe à ses poursuivants. En remerciement, les Menthon offrent à Jean Chaboud la jouissance d’un pré de plusieurs journaux ; la famille de Guigné maintiendra ce privilège jusqu’en 1972, date de la mort d’Alexis Chaboud, dernier cultivateur mâle de la famille.
Fanchette, fille de Joseph-Bernard de Menthon et de sa femme Philippine, épouse Paul-Alexis de Livet (1775-1841), de la famille des barons de Monthoux et d’Arenthon (noblesse de 1597). Paul-Alexis et Fanchette étaient cousins germains par leurs grands-parents Angot de Bonnière.
 

 

 

 
 

 

 

Paul-Alexis de Livet avait fait toutes les campagnes de 1792 à 1800 contre la France, dans l’armée austro-sarde. Il sera néanmoins nommé, en 1803, Président du Conseil de Fabrique par le préfet. En 1820, il est nommé syndic d’Annecy-le-Vieux ; on sonne le carillon. Il reste à ce poste jusqu’en 1832 ; sa magistrature sera masquée par les querelles avec le curé Morel.
Son fils Joseph-Malchior, né en 1806, sera syndic d’Annecy-le-Vieux de 1853 à 1858, conseiller d’ambassade et député d’Annecy au Parlement de Turin. En 1851, il épouse Joséphine de Sonnaz. Leur fils aîné meurt en 1859 à sept ans. A partir de cette époque Joseph-Malchior de Livet, qui est baron de Monthoux, délaisse le château de la Cour pour le château de Monthoux, à Pringy, où il décède le 5 mars 1862.
Le fils cadet Hippolyte (1854-1892) teste en faveur de sa mère Joséphine, qui lui survit. En 1895, Joséphine cède à la commune des terrains pour la construction du nouveau cimetière et du tramway Annecy-Thônes. En 1898, elle met en vente le château de la Cour et son domaine qui sont achetés pour deux cent mille Francs par Louis Machard de Chillaz. La Cour est actuellement la propriété du comte de Guigné dont la famille lui a donné son aspect actuel.
Dans l’église Saint-Laurent, une plaque de marbre noir, placée sur le passage du transept droit et portant l’inscription « Famille de Menthon de Livet », rappelle discrètement le souvenir de cette famille dont le destin a été mêlé pendant près de cinq siècles à l’histoire d’Annecy-le-Vieux.


[1] A.D.H.S. – 43 J 960.
[2] A.D.H.S. – 43 J 960.

Annexe 2 : La famille de Menthon de la Balme au château de la Cour-->


Imprimer la page Imprimer la page


Recherche



Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

Webmaster - Infos
les plus consultés sur l'histoire d'Annecy-le-Vieux ...
les plus consultés sur l'histoire d'Annecy-le-Vieux ...
Avant-propos Plan du site Plan du site Plan du site Plan du site Plan du site 2.1 : Sites lacustres préhistoriques Plan du site 4.3 : Au temps des comptes de la châtellerie 2 : Du 15ème au début 18ème siècle 7.6 : Querelles autour du clocher 1.4 : Annecy-le-Vieux et le lac 7.8 : La lutte contre le feu 4.7 : Seigneuries et maisons-fortes 1 : " La Cour " 5.4 : Une supplique au roi en 1740 2 : Les cabarets au 19ème siècle 1792 4.4 : La grande peur du Moyen-âge 7.10 : Ecrivains français dans la commune 7.5 : Un point chaud : le Mont Rampon 4.2 : Anciens noms de familles et de lieux 5.2 : Cultivateurs et propriétaires 5.7 : De la seigneurie aux affranchissements 6.3 : Questions religieuses : de la persécution au Concordat 6.6 : La population de la commune au début du 19ème siècle 7.2 : Démographie 7.7 : Les débuts de l’instruction civique 5.1 : Points de repères chronologiques 6.4 : La vente des biens nationaux 6.5 : Le poids des guerres 8.1 : Annecy-le-Vieux dans le « moule français » Table des illustrations 3.4 : La chapelle de Brogny (ou de Bellegarde) 4.5 : Le Cardinal de Brogny entre la légende et l’histoire 5.5 : Annecy-le-Vieux en 1756 6.1 : Les échos des troubles de 1793 (vallée de Thônes, Annecy) 6.8 : L’affaire d’Annecy-le-Vieux (1814-1815) 7.3 : Activités socioprofessionnelles 3.5 : La Chapelle de Provins 4.1 : Points de repères chronologiques 5.6 : L’administration de la paroisse en 1769 6.2 : L’état d’esprit dans la commune 6.7 : La situation économique et sociale 7.4 : La vie de la commune au fil des jours 7.9 : Us et coutumes d’Annecy-le-Vieux 3.2 : La vieille église et son clocher Une gageure ? Glossaire des termes disparus 8.4 : L’enseignement 8.9 : Personnages célèbres d’Annecy-le-Vieux et d’ailleurs Bibliographie 1 : Les « Gaviules » d’Annecy-le-Vieux 8.8 : Le tramway Annecy-Thônes (1898-1930) 8.5 : Agriculture 8.2 : La vie communale Histoire d'Annecy-le-Vieux.pdf 5.3 : Le cadastre de 1730 Annecy-le-Vieux : le clocher 7.1 : La commune en marge de l’histoire 8.7 : Des « artifices » du Fier à la minoterie Cléchet 4.6 : L'épineuse question des dîmes 8.10 : Les guerres du XXème siècle 8.3 : La population, son cadre de vie et sa structure 4 : Dix-huitième et dix-neuvième siècles 8.11 : Urbanisation et toponymie 8.6 : La fonderie Paccard ou « l’art de la cloche » 1.5 : Histoires et contes - La légende de la Mavéria 1.1 : Formation et caractéristiques du sol 3.1 : Fondation et rattachement de la paroisse 1.6 : Le blason et les « Ancileviens » 1.6 : Le blason et les « Ancileviens » 5.2 : Cultivateurs et propriétaires 5.2 : Cultivateurs et propriétaires 3.6 : La chapelle de Frontenex 5.4 : Une supplique au roi en 1740 5.1 : Points de repères chronologiques 3.2 : La vieille église et son clocher 2 : Les cabarets au 19ème siècle 6.5 : Le poids des guerres 1.5 : Histoires et contes - La légende de la Mavéria 3.3 : L’église Saint-Laurent et ses chapelles 3.6 : La chapelle de Frontenex Avant-propos 3 : Inventaire du château de la Cour (20 mars 1722) 1.2 : Incidence sur les activités humaines 2.2 : Allobroges et Gallo-romains 8.11 : Urbanisation et toponymie 6.4 : La vente des biens nationaux 3.3 : L’église Saint-Laurent et ses chapelles 2.3 : Emergence et limites d’Annecy-le-Vieux 3.3 : L’église Saint-Laurent et ses chapelles 2.1 : Sites lacustres préhistoriques 1.5 : Histoires et contes - La légende de la Mavéria 2.2 : Allobroges et Gallo-romains 2.2 : Allobroges et Gallo-romains 2.2 : Allobroges et Gallo-romains 1.1 : Formation et caractéristiques du sol 1.4 : Annecy-le-Vieux et le lac 1.4 : Annecy-le-Vieux et le lac

^ Haut ^