Annecy-le-Vieux

Fermer Introduction

Fermer 1 : La terre et les hommes

Fermer 2 : De la préhistoire à la naissance d'Annecy-le-Vieux

Fermer 3 : La paroisse et ses édifices religieux

Fermer 4 : Un moyen-âge obscur et difficile

Fermer 5 : 17ème et 18ème siècle : une image qui se précise et se durcit

Fermer 6 : La Révolution et l'Empire (1792-1815)

Fermer 7 : La Restauration Sarde (1815-1860)

Fermer 8 : De l'Annexion à l'urbanistion

Fermer Annexe 1 : La vigne et le vin

Fermer Annexe 2 : La famille de Menthon de la Balme au château de la Cour

Fermer Autres annexes

8 : De l'Annexion à l'urbanistion - 8.6 : La fonderie Paccard ou « l’art de la cloche »
La fonderie Paccard a été créée en 1796 à Quintal. A l’époque, les fondeurs se rendaient sur place pour réaliser leur travail car les cloches risquaient de se briser pendant leur transport, vu le mauvais état des chemins. C’est ainsi que le fondeur J.B. Pitton, de Carouge, s’étant rendu à Quintal, son travail fut observé par Antoine Paccard qui s’estima capable d’en faire autant et créa une fonderie, à l’origine de la « dynastie Paccard ».
En 1857, Victor Paccard quitte Quintal pour Annecy-le-Vieux où il était plus facile de faire fonctionner l’entreprise. Il s’installe sur les flancs de la colline du Jouly, au-dessus de l’actuel Hôtel de l’Abbaye, avant de descendre dans la plaine en 1881.
Victor Paccard prend une part active de la commune : il est capitaine de la Garde Nationale en 1859, lieutenant des pompiers en 1864, maire en 1867.
En juillet 1890, le premier carillon, de treize cloches, est envoyé à Montréal (Canada)[1].
ALV080007.jpg
Jusqu’en 1914, c’est la période des grosses cloches ou « bourdons » : la « Savoyarde », en 1898, don de la Savoie au Sacré-Cœur de Montmartre, d’un poids de 18835 kilos, dont le transport fut assuré par un spectaculaire convoi tiré par des bœufs ; la « Jeanne d’Arc », en 1914, pour la cathédrale de Rouen, et bien d’autres. Dans le même temps, les frères Paccard s’intéressent aux techniques d’installation et réalisent des plans de beffrois pour de nombreux pays.
Les techniques, utilisant un tour vertical, sont restées proches de celles décrites par Diderot dans l’Encyclopédie ; les briques venaient de la tuilerie de Saint-Jorioz.
En 1937, Joseph et Louis Paccard présentent à l’Exposition Universelle de Paris un carillon de trente-sept cloches qui fut considéré par les spécialistes comme la perfection absolue. En 1950, les Etats-Unis commandent cinquante répliques de la cloche de la Liberté.
La vérification des sons et des harmoniques a fait de très grands progrès mais l’oreille de l’artisan accordeur reste indispensable. En 19066, l’équipe parvient à maîtriser ce que le jargon des fondeurs appelle « l’intensité des partiels de la cloche ». Enfin, l’électronique a permis le déclenchement par « puce magique » de nombreuses sonneries dans les clochers de France et d’ailleurs.
 
L’impact dans la mentalité locale de la fonderie Paccard, qui a largement contribué à la renommée d’Annecy-le-Vieux, est marqué par la présence d’une cloche dans le blason de la commune et par les noms de sept rues, proches de la fonderie, qui en évoquent l’activité.
 C’est avec une nostalgie certaine que bien des habitants d’Annecy-le-Vieux ont vu, sous la pression d’impératifs économiques, la fonderie quitter la commune pour Sévrier.


[1] Autrefois, le carillon était composé de quatre cloches, d’où son nom ; le sonneur les actionnait en attachant les cordes à ses deux bras et à ses deux jambes.

8 : De l'Annexion à l'urbanistion-->


Imprimer la page Imprimer la page


Recherche



Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

Webmaster - Infos
les plus consultés sur l'histoire d'Annecy-le-Vieux ...
les plus consultés sur l'histoire d'Annecy-le-Vieux ...
Avant-propos Plan du site Plan du site Plan du site Plan du site Plan du site 2.1 : Sites lacustres préhistoriques Plan du site 4.3 : Au temps des comptes de la châtellerie 2 : Du 15ème au début 18ème siècle 7.6 : Querelles autour du clocher 1.4 : Annecy-le-Vieux et le lac 7.8 : La lutte contre le feu 4.7 : Seigneuries et maisons-fortes 1 : " La Cour " 5.4 : Une supplique au roi en 1740 2 : Les cabarets au 19ème siècle 1792 4.4 : La grande peur du Moyen-âge 7.10 : Ecrivains français dans la commune 7.5 : Un point chaud : le Mont Rampon 4.2 : Anciens noms de familles et de lieux 5.2 : Cultivateurs et propriétaires 5.7 : De la seigneurie aux affranchissements 6.3 : Questions religieuses : de la persécution au Concordat 6.6 : La population de la commune au début du 19ème siècle 7.2 : Démographie 7.7 : Les débuts de l’instruction civique 5.1 : Points de repères chronologiques 6.4 : La vente des biens nationaux 6.5 : Le poids des guerres 8.1 : Annecy-le-Vieux dans le « moule français » Table des illustrations 3.4 : La chapelle de Brogny (ou de Bellegarde) 4.5 : Le Cardinal de Brogny entre la légende et l’histoire 5.5 : Annecy-le-Vieux en 1756 6.1 : Les échos des troubles de 1793 (vallée de Thônes, Annecy) 6.8 : L’affaire d’Annecy-le-Vieux (1814-1815) 7.3 : Activités socioprofessionnelles 3.5 : La Chapelle de Provins 4.1 : Points de repères chronologiques 5.6 : L’administration de la paroisse en 1769 6.2 : L’état d’esprit dans la commune 6.7 : La situation économique et sociale 7.4 : La vie de la commune au fil des jours 7.9 : Us et coutumes d’Annecy-le-Vieux 3.2 : La vieille église et son clocher Une gageure ? Glossaire des termes disparus 8.4 : L’enseignement 8.9 : Personnages célèbres d’Annecy-le-Vieux et d’ailleurs Bibliographie 1 : Les « Gaviules » d’Annecy-le-Vieux 8.8 : Le tramway Annecy-Thônes (1898-1930) 8.5 : Agriculture 8.2 : La vie communale Histoire d'Annecy-le-Vieux.pdf 5.3 : Le cadastre de 1730 Annecy-le-Vieux : le clocher 7.1 : La commune en marge de l’histoire 8.7 : Des « artifices » du Fier à la minoterie Cléchet 4.6 : L'épineuse question des dîmes 8.10 : Les guerres du XXème siècle 8.3 : La population, son cadre de vie et sa structure 4 : Dix-huitième et dix-neuvième siècles 8.11 : Urbanisation et toponymie 8.6 : La fonderie Paccard ou « l’art de la cloche » 1.5 : Histoires et contes - La légende de la Mavéria 1.1 : Formation et caractéristiques du sol 3.1 : Fondation et rattachement de la paroisse 1.6 : Le blason et les « Ancileviens » 1.6 : Le blason et les « Ancileviens » 5.2 : Cultivateurs et propriétaires 5.2 : Cultivateurs et propriétaires 3.6 : La chapelle de Frontenex 5.4 : Une supplique au roi en 1740 5.1 : Points de repères chronologiques 3.2 : La vieille église et son clocher 2 : Les cabarets au 19ème siècle 6.5 : Le poids des guerres 1.5 : Histoires et contes - La légende de la Mavéria 3.3 : L’église Saint-Laurent et ses chapelles 3.6 : La chapelle de Frontenex Avant-propos 3 : Inventaire du château de la Cour (20 mars 1722) 1.2 : Incidence sur les activités humaines 2.2 : Allobroges et Gallo-romains 8.11 : Urbanisation et toponymie 6.4 : La vente des biens nationaux 3.3 : L’église Saint-Laurent et ses chapelles 2.3 : Emergence et limites d’Annecy-le-Vieux 3.3 : L’église Saint-Laurent et ses chapelles 2.1 : Sites lacustres préhistoriques 1.5 : Histoires et contes - La légende de la Mavéria 2.2 : Allobroges et Gallo-romains 2.2 : Allobroges et Gallo-romains 2.2 : Allobroges et Gallo-romains 1.1 : Formation et caractéristiques du sol 1.4 : Annecy-le-Vieux et le lac 1.4 : Annecy-le-Vieux et le lac

^ Haut ^