Annecy-le-Vieux

Fermer Introduction

Fermer 1 : La terre et les hommes

Fermer 2 : De la préhistoire à la naissance d'Annecy-le-Vieux

Fermer 3 : La paroisse et ses édifices religieux

Fermer 4 : Un moyen-âge obscur et difficile

Fermer 5 : 17ème et 18ème siècle : une image qui se précise et se durcit

Fermer 6 : La Révolution et l'Empire (1792-1815)

Fermer 7 : La Restauration Sarde (1815-1860)

Fermer 8 : De l'Annexion à l'urbanistion

Fermer Annexe 1 : La vigne et le vin

Fermer Annexe 2 : La famille de Menthon de la Balme au château de la Cour

Fermer Autres annexes

1 : La terre et les hommes - 1.1 : Formation et caractéristiques du sol
L’histoire du sol d’Annecy-le-Vieux débute il y a cent quarante millions d’années. Une mer recouvre la région. Des calcaires, constitués de coquillages microscopiques et des grès se forment au fond de l’eau. Cent millions d’années plus tard, les Alpes orientales commencent à émerger, les alluvions qui en proviennent recouvrent de grès tendres (molasse) les terrains plus anciens.

Puis la région commence à se plisser, tandis que la formation des Alpes se poursuit. Les plissements s’accompagnent localement de failles. Ce lent travail se poursuit pendant des millions d’années.

Enfin, des périodes glaciaires, dont la dernière remonte à quelque douze mille ans, vont contribuer à façonner les reliefs. Ces glaciers qui pouvaient atteindre l’altitude de 900m, soit 400m au-dessus du niveau actuel du lac, vont marquer profondément le paysage.

Lors de leur retrait ils laissent, sur la molasse, un tapis de muraines, truffées de blocs erratiques roulés et polis par le frottement venant parfois de très loin. Le lac s’est formé dans une cuvette naturelle ; il atteint l’altitude de 500m, soit 35m au-dessus de son niveau actuel; avec une superficie double de celle d’aujourd’hui, il s’étendait jusqu’à la Balme de Sillingy.

Le percement de la cluse de Dingy, libérant les eaux d’un autre lac qui occupait la région d’Alex, a créé en aval un cône d’alluvions en pente douce, étalé entre les Iles et la plaine des Fins.

Le lac, barré par ces alluvions, a pris son aspect actuel. Seules les variations de climat, de l’an 4000 à l’an 1000 avant notre ère, ont fait descendre et monter son niveau de quelque mètres, dégageant plus ou moins ses rives.

geologie.jpg01002.bmp
 

Note : L’échelle de 1/50.000 indiquée par René Collenot correspond au document manuscrit d’origine en A4.

Cette histoire géologique a laissé clairement sa trace dans le relief et les sols d’Annecy-le-Vieux, que l’on peut diviser en quatre sous-ensembles, du plus ancien au plus récent : la montagne, les coteaux, le plateau et la plaine.
 
La montagne (Mont Rampon et Mont Rampignon) a conservé l’aspect qu’elle avait à l’issue du plissement : ce pli, régulier et faillé, a été couché vers le nord-ouest sous la poussée du plissement alpin. Il est fait de calcaire urgonien, d’une épaisseur de plus de cent mètres et de teinte blanc-grisâtre. Ce même calcaire constitue les belles falaises du Parmelan et la montagne de la Balme.
Plus précisément, le pli se dédouble, d’où son allure en « bosses de chameau ». Entre les deux bosses se trouve un « val », le Pré-Vernet, accidenté par une faille qui se prolonge jusqu’au rocher du Talabar.
Le calcaire urgonien est dur mais perméable. L’eau s’y infiltre en dissolvant la roche. Quand l’érosion se développe, elle crée des curiosités naturelles : la roche Mavéria au bord du lac, un « abri sous roches » au-dessus des Barattes (grotte de l’Ermite ou des Aigles), enfin une résurgence : la grotte de la Taupe, qui donne accès à un étroit boyau, long de 120m et encombré de flaques d’eau.
Les coteaux sont faits de molasse, qui constitue l’essentiel du soubassement d’Annecy-le-Vieux. Sur les pentes, l’érosion a emporté la moraine de surface. La molasse se présente sous la forme de grès tendre (gris verdâtre, parfois rougeâtre), qui affleure au long des talus. Friable en surface, elle se désagrège en sable.
Sur le plateau, la molasse est recouverte d’un tapis de moraine argileuse avec çà et là de gros blocs glaciaires. Cette moraine occupe la surface comprise entre le Petit-Brogny, Sur les Bois et les Glaisins (dont le nom évoque une terre argileuse humide).
Dans la plaine, molasse et moraine sont recouvertes au nord par les alluvions du Fier, qui atteignent une cinquantaine de mètres d’épaisseur au Pont de Brogny, et au sud par les alluvions crayeuses du lac d’Annecy.
La hauteur moyenne des précipitations est d’un mètre vingt-cinq. La commune, bien arrosée et entourée d’eau le long des deux tiers de ses limites, est cependant mal irriguée et mal drainée. Les marais d’Albigny et du Bulloz ont tenu longtemps une place importante.
ALV010003.jpg
Les tracés en baïonnette des ruisseaux du Colovry et de la Pesse permettent de faire l’hypothèse de l’existence ancienne d’un unique affluent du lac aboutissant à la pointe d’Albigny, dont la forme deltaïque est accusée ; la photographie aérienne montre que ce delta se prolonge sous les eaux. Les ruisseaux du Colovry et de la Pesse auraient pu être séparés et refoulés, vers l’est, par l’entassement de leurs propres alluvions.
Les autres cours d’eau sont d’importance minime : le ruisseau du Barait (qui marque la limite avec Alex) et deux petits affluents du Fier. Dans la montagne, le nant Berthelet est à sec l’été et le nant Bouat n’a qu’un débit très faible. Au bois des Glaisins, le nant des Fieux.
Après une forte pluie, un torrent boueux dévalant la colline venait inonder le cimetière et l’église Saint-Laurent. En 1714, Mgr Rossillon de Bernex intime à un paroissien de démolir un « aqueduc » qu’il avait construit pour déverser les eaux de son terrain dans le cimetière. A la fin du 18ème siècle, les habitants avaient donné à ce torrent boueux le curieux nom de Millierde.

ALV010006.jpg    ALV010005.jpg

1 : La terre et les hommes-->


Imprimer la page Imprimer la page


Recherche



Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

Webmaster - Infos
les plus consultés sur l'histoire d'Annecy-le-Vieux ...
les plus consultés sur l'histoire d'Annecy-le-Vieux ...
Avant-propos Plan du site Plan du site Plan du site Plan du site Plan du site 2.1 : Sites lacustres préhistoriques Plan du site 4.3 : Au temps des comptes de la châtellerie 2 : Du 15ème au début 18ème siècle 7.6 : Querelles autour du clocher 1.4 : Annecy-le-Vieux et le lac 7.8 : La lutte contre le feu 4.7 : Seigneuries et maisons-fortes 1 : " La Cour " 5.4 : Une supplique au roi en 1740 2 : Les cabarets au 19ème siècle 1792 4.4 : La grande peur du Moyen-âge 7.10 : Ecrivains français dans la commune 7.5 : Un point chaud : le Mont Rampon 4.2 : Anciens noms de familles et de lieux 5.2 : Cultivateurs et propriétaires 5.7 : De la seigneurie aux affranchissements 6.3 : Questions religieuses : de la persécution au Concordat 6.6 : La population de la commune au début du 19ème siècle 7.2 : Démographie 7.7 : Les débuts de l’instruction civique 5.1 : Points de repères chronologiques 6.4 : La vente des biens nationaux 6.5 : Le poids des guerres 8.1 : Annecy-le-Vieux dans le « moule français » Table des illustrations 3.4 : La chapelle de Brogny (ou de Bellegarde) 4.5 : Le Cardinal de Brogny entre la légende et l’histoire 5.5 : Annecy-le-Vieux en 1756 6.1 : Les échos des troubles de 1793 (vallée de Thônes, Annecy) 6.8 : L’affaire d’Annecy-le-Vieux (1814-1815) 7.3 : Activités socioprofessionnelles 3.5 : La Chapelle de Provins 4.1 : Points de repères chronologiques 5.6 : L’administration de la paroisse en 1769 6.2 : L’état d’esprit dans la commune 6.7 : La situation économique et sociale 7.4 : La vie de la commune au fil des jours 7.9 : Us et coutumes d’Annecy-le-Vieux 3.2 : La vieille église et son clocher Une gageure ? Glossaire des termes disparus 8.4 : L’enseignement 8.9 : Personnages célèbres d’Annecy-le-Vieux et d’ailleurs Bibliographie 1 : Les « Gaviules » d’Annecy-le-Vieux 8.8 : Le tramway Annecy-Thônes (1898-1930) 8.5 : Agriculture 8.2 : La vie communale Histoire d'Annecy-le-Vieux.pdf 5.3 : Le cadastre de 1730 Annecy-le-Vieux : le clocher 7.1 : La commune en marge de l’histoire 8.7 : Des « artifices » du Fier à la minoterie Cléchet 4.6 : L'épineuse question des dîmes 8.10 : Les guerres du XXème siècle 8.3 : La population, son cadre de vie et sa structure 4 : Dix-huitième et dix-neuvième siècles 8.11 : Urbanisation et toponymie 8.6 : La fonderie Paccard ou « l’art de la cloche » 1.5 : Histoires et contes - La légende de la Mavéria 1.1 : Formation et caractéristiques du sol 3.1 : Fondation et rattachement de la paroisse 1.6 : Le blason et les « Ancileviens » 1.6 : Le blason et les « Ancileviens » 5.2 : Cultivateurs et propriétaires 5.2 : Cultivateurs et propriétaires 3.6 : La chapelle de Frontenex 5.4 : Une supplique au roi en 1740 5.1 : Points de repères chronologiques 3.2 : La vieille église et son clocher 2 : Les cabarets au 19ème siècle 6.5 : Le poids des guerres 1.5 : Histoires et contes - La légende de la Mavéria 3.3 : L’église Saint-Laurent et ses chapelles 3.6 : La chapelle de Frontenex Avant-propos 3 : Inventaire du château de la Cour (20 mars 1722) 1.2 : Incidence sur les activités humaines 2.2 : Allobroges et Gallo-romains 8.11 : Urbanisation et toponymie 6.4 : La vente des biens nationaux 3.3 : L’église Saint-Laurent et ses chapelles 2.3 : Emergence et limites d’Annecy-le-Vieux 3.3 : L’église Saint-Laurent et ses chapelles 2.1 : Sites lacustres préhistoriques 1.5 : Histoires et contes - La légende de la Mavéria 2.2 : Allobroges et Gallo-romains 2.2 : Allobroges et Gallo-romains 2.2 : Allobroges et Gallo-romains 1.1 : Formation et caractéristiques du sol 1.4 : Annecy-le-Vieux et le lac 1.4 : Annecy-le-Vieux et le lac

^ Haut ^